Jeux stratégiques et fans virtuels : le football en période de pandémie.

Comme dans la vie professionnelle, la numérisation de la société contribue également à nous permettre de nous adonner à nos hobbies en ces circonstances exceptionnelles. Le football virtuel, par exemple, fait de plus en plus d'adeptes dans le monde entier. Pas besoin de Xbox ou de PlayStation pour cela - un smartphone ou un PC suffisent pour gérer une équipe de football et accéder aux honneurs nationaux, voire internationaux. Mais en ces temps de coronavirus, l'informatique n'est pas seulement utilisée pour simuler le sport. Elle produit également des supporters virtuels qui ne s'infectent pas les uns les autres, même dans des stades pleins, et qui génèrent au moins un minimum d'ambiance. 

  #IT as a Service   #IT-Architektur   #Managed Services  

Le virus a marqué l'actualité footballistique mondiale cette année. Les matchs annulés et reportés ainsi que les stades vides ont été et sont encore la norme en de nombreux endroits.  En Suisse, de nombreux matchs ont été reportés jusqu'à Noël, tant en Super League qu'en Challenge League.

 

Supporters virtuels : une solution numérique de secours

Mais même si l'on joue, il est impossible de remplir les stades dans les circonstances actuelles ; le virus omniprésent ne le permet pas. Il existe tout de même des simulations informatiques qui peuvent aider à désamorcer quelque peu la situation : cet été, les matchs de la principale ligue de baseball américaine ont été retransmis depuis des stades dont les sièges pouvaient être remplis de fans virtuels en appuyant sur un bouton. La NBA a également eu recours à la technologie informatique des supporters : de vrais supporters ont été transportés par écran dans les salles de jeu et placés numériquement dans les sièges existants. Bien entendu, aucune de ces solutions ne remplace les vrais supporters dans le stade et l'ambiance qu'ils produisent. Mais le fait que de telles simulations soient possibles démontre à quel point l'informatique est aujourd'hui performante.

 

Sports fantastiques : le football est le plus populaire

La pandémie n'a pas d'influence négative sur les innombrables équipes virtuelles qui participent à des sports fantastiques. Qu'il s'agisse de football américain, de basket-ball, de baseball, de hockey sur glace, de courses automobiles, de golf et bien sûr de football : les experts estiment que, rien qu'aux États-Unis, il y a environ 60 millions de joueurs qui se battent pour la victoire dans des ligues fantastiques, font des paris et génèrent tout de même plus de 7 milliards de dollars de chiffre d'affaires. En Suisse et dans de nombreux autres pays du monde, le football est le sport associatif le plus populaire - et il n'y a pas seulement des centaines de milliers de passionnés, mais au moins autant de fans qui savent exactement comment jouer au football. Il n'est donc pas étonnant que les jeux de football virtuels connaissent un succès considérable. La simulation de football Fifa, qui fonctionne sur les consoles de jeu et qui est renouvelée chaque année (Fifa 2021 est la dernière version), est devenue un best-seller qui se vend par millions.

 

Là où la stratégie est la plus importante

Mais si l'on veut jouer au football comme à un jeu de stratégie, le mieux est de choisir « Hattrick », un jeu basé sur un navigateur, inventé en Suède. Hattrick est un phénomène : ce jeu de gestion par navigateur, d'origine suédoise, existe depuis 1997 et, bien qu'il soit très exigeant, il compte une grande communauté de joueurs, pour la plupart très engagés, qui en ont fait le jeu de gestion de football en ligne le plus populaire au monde. Contrairement aux jeux de simulation de la série Fifa, Hattrick n'offre pas un visuel séduisant en 3D. En revanche, il possède un moteur de jeu stratégique extrêmement sophistiqué, qui permet de passer des heures, des jours et des années à jouer. Le jeu est gratuit et n'offre aucun avantage dans le déroulement du jeu, même contre de l'argent.

 

771 millions de matchs de football

Actuellement, ce sont plusieurs centaines de milliers de fous de foot qui, dans le monde entier, planifient des stratégies pour leurs clubs, achètent et vendent des joueurs, engagent et licencient des entraîneurs, construisent des stades et comptent leurs recettes après les matches. Hattrick existe en 54 langues, est joué dans 144 pays et compte à ce jour près de 14 millions d'utilisateurs, qui ont rédigé 353 millions de messages sur les forums au cours des 23 dernières années. Au total, plus de 771 millions de matches ont été disputés dans toutes les ligues.
La force des différentes parties d'une équipe - l'attaque, le milieu, la défense - est déterminée par la formation choisie, l'évaluation des différents joueurs et d'autres paramètres tactiques. Cette évaluation est à la base des résultats de chaque match, le logiciel à la base du jeu, appelé moteur de match, générant des événements de jeu à l'aide de probabilités. Les occasions de but sont ainsi créées par le calcul des probabilités de possession de la balle, qui est à son tour calculée par le classement du milieu de terrain des deux équipes.

Une saison de Hattrick dure 112 jours, soit 16 semaines. Pendant cette période, un match de ligue et un match amical se déroulent chaque semaine. Les matches peuvent être suivis à l'écran ; non pas comme une simulation, mais comme un commentaire en direct. Ils durent 90 minutes, comme dans la vie réelle, et les points sont disputés dans plusieurs ligues. A la fin de la saison, le maintien dans la ligue, la promotion ou la relégation sont également à l'ordre du jour pour les équipes Hattrick.

 

L'argent est important, le temps l’est encore plus

Le budget joue un rôle important dans la stratégie de la plupart des clubs de football - il en va de même dans l'univers Hattrick. Les managers qui débutent dans le jeu sont encouragés dans les instructions à bien réfléchir à la manière dont ils vont dépenser l'argent virtuel qu'ils peuvent gagner grâce aux matchs, au sponsoring, aux supporters et à la vente de joueurs. Les dépenses sont élevées : il faut payer les salaires des joueurs, le personnel et l'entretien du stade. Les bons joueurs, comme dans les ligues réelles, ne sont pas bon marché. Ils sont négociés sur un marché des transferts. Les concepteurs du jeu contrôlent cette activité économique en régulant la masse monétaire virtuelle et le nombre de joueurs vendus sur le marché des transferts.
Mais la matière première la plus importante est le temps. En effet, plus un manager s'occupe de son club, de ses stratégies et de ses joueurs, plus ses chances de succès augmentent. Car, comme le dit le manager à succès d'un club suisse, présent depuis des années : « L'expérience et le temps sont tout dans ce jeu ».

 

Le FCB est un client d'UMB

Lorsqu'il s'agit de la numérisation de notre société, UMB est toujours en première ligne. Le FC Bâle est également l'un de nos clients. Nous les aidons à gagner du temps grâce à des solutions informatiques intelligentes, à renforcer continuellement leurs compétences clés et à obtenir des résultats extraordinaires. Appelez-nous si vous souhaitez vous aussi profiter du savoir-faire de nos équipes et quitter le terrain en vainqueur à l'avenir.

 

Liens complémentaires :

https://www.hattrick.org/de/
http://www.ht-links.de/ (index A-Z avec conseils et astuces sur Hattrick)
https://www.youtube.com/watch?v=q_FQcKH4xL4 (fans virtuels)